La tension toujours vive entre gendarmes et enseignants de San Pedro après la bastonnade d’un second enseignant
0
 

Écouter

INFOS BREVES

  • Football - Ligue 1 - 10e Journée : L’Asec Mimosas bat l'Africa Sports d’Abidjan par (1-0). – 10-12-2017
  • Côte d'ivoire : Conseil des Ministres extraordinaire à Yamoussoukro le mercredi 20 décembre 2017 (Gouvernement) – 10-12-2017
  • Climat : Le Président Alassane Ouattara participe à "One Planet Summit" le 12 décembre à Paris. – 10-12-2017
  • Centrafrique: tirs de mortiers contre des casques bleus, pas de victime – 09-12-2017
  • Affi N’Guessan (Opposition - FPI) appelle les populations de Blolequin (Ouest) à rester fidèles à leur hospitalité légendaire. – 09-12-2017
La tension toujours vive entre gendarmes et enseignants de San Pedro après la bastonnade d’un second enseignant

La tension toujours vive entre gendarmes et enseignants de San Pedro après la bastonnade d’un second enseignant

AIP | Lu 845 fois | Publié Il y a 5 jour(s)

La tension est à nouveau montée mardi entre enseignants et gendarmes, alors que le secrétaire général de préfecture, recevait à la préfecture de région le collectif des personnels du secteur Education-Formation de San Pedro, les responsables des forces de sécurité et ceux de l’éducation nationale, pour apaiser la tension.

La raison de cette remontée de tension est consécutive à une autre bastonnade mardi, à son domicile au quartier Séwéké, d’un enseignant du primaire public, N’Goran K. Michel, instituteur à l’EPP San Pedro Cité 1, par des gendarmes, alors que ceux-ci étaient à la poursuite d’élèves, venant de manifester avec violence autour de la 5ème légion de gendarmerie, sise au quartier Séwéké, non loin de la préfecture de région.

La victime a été conduite à la préfecture par son inspecteur aux environs de 11H45, alors que les pourparlers étaient en cours entre les protagonistes du différend et l’autorité préfectorale. Le collectif a décidé de suspendre sa participation aux négociations au regard des derniers développements, jugeant « inadmissible ces brutalités ».

Selon les explications données par le collectif des enseignants, les gendarmes sont entrés dans le domicile de la victime et se sont mis à le bastonner, le blessant par endroit. Le représentant du préfet de région, Ettien Etienne, Secrétaire général 1 de préfecture, a fait venir le médecin de l’hôpital de la gendarmerie, qui a décidé d’une hospitalisation de l’enseignant et de soins pour deux de ses enfants qui étaient avec lui au moment des faits.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également