Côte d’Ivoire : ‘’Tout est rentré dans l’ordre’’ avec Guillaume Soro, affirme Alassane Ouattara
0
 

Écouter

INFOS BREVES

  • Dernier Conseil des Ministres de l'année prévu le mercredi 20 décembre 2017 à Yamoussoukro. – 15-12-2017
  • Le Président Alassane OUATTARA quitte Abidjan ce vendredi pour Abuja en vue de prendre part au Sommet de la Cedeao. – 15-12-2017
  • Le Président Alassane Ouattara va procéder vendredi, à l’inauguration du CHU d’Angré ( Cocody -Abidjan) – 14-12-2017
  • La Cedeao examinera l'adhésion du Maroc début 2018 (Source gouvernementale) – 14-12-2017
  • Sénégal : Le procès du maire de Dakar renvoyé dès l'ouverture au 3 janvier 2018. – 14-12-2017
Côte d’Ivoire : ‘’Tout est rentré dans l’ordre’’ avec Guillaume Soro, affirme Alassane Ouattara

Côte d’Ivoire : ‘’Tout est rentré dans l’ordre’’ avec Guillaume Soro, affirme Alassane Ouattara

APA | Lu 235 fois | Publié Il y a 19 jour(s)

Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé samedi à Abidjan que « tout est rentré dans l’ordre » avec Guillaume Soro , le président de l’Assemblée nationale ivoirienne avec qui il a eu des relations tendues ces derniers mois.

« Vous parlez d’ordre comme s’il y avait un désordre. Tout est rentré dans l’ordre avec Guillaume Soro si vous voulez», a répondu M. Ouattara au cours d’un entretien qu’il a accordé à la chaîne de télévision française France 24, estimant que sa rencontre avec M. Soro début novembre, "n’est rien d’extraordinaire".

« J’ai rencontré Guillaume Soro qui est le président de l’Assemblée nationale et rencontrer un président d’institution n’est rien d’extraordinaire », a-t-il soutenu. « Je crois que la justice est en train de faire son travail. Je ne dirai pas un mot sur les dossiers de justice », a également réagi le président ivoirien sur la question de l’incarcération de Koné Kamaraté Souleymane, chef de protocole de M. Soro, dans l’affaire dite de cache d’armes découverte dans un domicile à Bouaké (Centre-nord ivoirien). 

Concernant la présidentielle ivoirienne de 2020, M. Ouattara a réaffirmé son intention de ne pas briguer un troisième mandat. « A priori je ne serai pas candidat », a-t-il laissé entendre expliquant « qu’à priori parce que nous avons une constitution qui m’autorise à le faire si je le veux. Mais, je me suis prononcé à plusieurs occasions sur cette affaire... Donc, attendez 2020, vous connaîtrez en ce moment ma réponse ».

Le chef de l’État ivoirien qui a passé en revue plusieurs sujets au cours de cet entretien, notamment, la situation politique au Togo et au Zimbabwe, s’est dit « choqué » par l’esclavage des migrants en Libye.

« Je trouve cela dégoûtant et choquant », s’est-il offusqué estimant que les « auteurs de tels actes doivent être traduits devant la Cour pénale internationale ». Cette question de la migration clandestine, a annoncé dans le même registre M. Ouattara, sera à l’ordre du jour du sommet union africaine-union européenne prévu les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan.

« Nous attendons que pendant ce sommet, nous puissions dégager des éléments concrets. Que ce soit l’emploi de la jeunesse, de la formation et d’innovation. Il faut qu’on discute entre nous et qu’on trouve des réponses aux questions de sécurité et de terrorisme », a-t-il indiqué.

Relativement à l’accusation relayée dans certains médias indiquant l’implication de son de chef d’état-major particulier dans le dernier putsch manqué au Burkina Faso, M.Ouattara a affirmé n’être nullement informé de ces accusations. « Je ne suis au courant de rien de cela », a-t-il soutenu ajoutant, pour terminer que « je suis sûr que mon chef d’état-major n’est pas mêlé à cette affaire ».

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également