Washington met fin à la traque contre la LRA en Centrafrique
0
 

Écouter
Washington met fin à la traque contre la LRA en Centrafrique

Washington met fin à la traque contre la LRA en Centrafrique

APA | Lu 242 fois | Publié

Les deux cent cinquante militaires américains stationnés dans la ville d’Obo à l’Est de la Centrafrique depuis 2011, ont cessé à partir de ce mercredi, leurs différentes patrouilles contre les éléments de la rébellion ougandaise, de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) qui sévissent dans cette région du pays frontalière avec la RDCongo.

Les Américains et les Ougandais qui mènent cette lutte contre la LRA ont jugé que ce groupe rebelle n’est plus en mesure de commettre des exactions comme à ses débuts, car ses éléments sont devenus résiduels même si leur chef, Joseph Kony n’est pas encore capturé.

Cette traque de la LRA a couté une bagatelle somme de 800 millions de dollars au gouvernement américain selon une source sécuritaire en Centrafrique.

Les américains qui cessent leurs opérations de traque de la LRA n’ont pas encore quitté la ville d’Obo mais leur absence annoncée inquiète la population de la préfecture du Haut Mbomou en général où les LRA agissent.

Cette inquiétude s’explique non seulement par la présence des éléments de la LRA qui sporadiquement commettent des exactions contre  cette population mais également à cause de l’absence des forces armées centrafricaines dans la zone.

Le départ des forces spéciales américaines des zones sous influence des rebelles rend nécessaire l’opérationnalisation des militaires centrafricains dont le réarmement est bloqué par le conseil de sécurité des Nations Unies.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

RDC : Les enfants rejoignent "volontairement" les groupes armés (ONG)

Venezuela : Maduro annonce l'expulsion du chargé d'affaires américain

Soudan : Une femme tuée dans une "attaque" contre un camp de déplacés (Amnesty)

Sénégal : Les étudiants de l’Université de Dakar décrètent une "grève illimitée" à la suite de la mort de leur "camarade" Fallou Séne

Maroc : l'ex-chef de la diplomatie élu à la tête du patronat