Un membre de DAECH en Libye confirme la mort de deux journalistes tunisiens
0
 

Écouter
Un membre de DAECH en Libye confirme la mort de deux journalistes tunisiens

Un membre de DAECH en Libye confirme la mort de deux journalistes tunisiens

APA | Lu 178 fois | Publié

Un membre libyen du groupe Etat Islamique (DAECH) portant le nom d’Abderrazek Nassef Abderrazek Ali a confirmé la mise à mort par son groupe des deux journalistes tunisiens Sofiène Chourabi et Nadhir Ktari.

Les deux journalistes ont été exécutés dans une forêt près de la ville deDerna, un ancien fief de DAECH, dans l'est libyen, a affirmé M. Ali dans desaveux diffusés par une chaine de télévision proche du maréchal libyen KhalifaHaftar.
Il a indiqué avoir été témoin de cette exécution.


M. Chourabi est un blogueur connu pendant la révolution tunisienne de 2011alors que M. Ktari est un photographe. Les deux avaient disparu dans la région libyenned'Ajdabiya, dans l’est du pays, le 8 septembre 2014.
DAECH avait revendiqué leur exécution mais cette revendication devait par lasuite être réfutée par responsables libyens et tunisiens.

Les deux journalistes ont été condamnés à mort par un tribunal islamiste pour « offenseenvers le prophète Mohamed » et non-observation du jeûne durant le mois duRamadan, a dit le membre de DAECH qui se trouve aux mains de la milice dumaréchal Haftar.

Ce dernier ne reconnait pas le gouvernement libyen d’union nationale basé àTripoli et appuyé par la Communauté internationale.

La Libye est en proie au chaos politique et sécuritaire depuis la chute de sonancien leader Mouammar Kadhafi en 2011.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 

En continu

Syrie: la mission de l'OIAC s'est rendue sur les lieux de l'attaque chimique présumée à Douma ...

Madagascar: manifestants dispersés par des gaz lacrymogènes à Antananarivo

Fin des tirs de missiles balistiques et des essais nucléaires nord-coréens: la Chine salue la décision prise par Pyongyang

Libéria : Mohammed Jabateh, un ancien chef de guerre, immigré aux Etats-Unis, a été condamné à 30 ans de prison à Philadelphie

Soudan du Sud : James Ajongo Mawut, patron de l’armée sud soudanaise est décédé des suites d'une longue maladie rénale.