Flash info
02-09-2014 - Mali: quatre Casques bleus tués par un engin explosif (armée) [...]  |  
02-09-2014 - Mondial/Basket : Le Sénégal bat la Croatie (77 - 75) [...]  |  
01-09-2014 - Après plusieurs réports, les résultats du BTS session 2014 disponibles [...]  |  
31-08-2014 - L’État de Californie s’apprête à interdire les sacs en plastique [...]  |  
31-08-2014 - Vacances culture 2014: La compétition s’ouvre mardi à Abengourou [...]  |  
Nos chaînes en direct
Publicité
Flash info
  • 02-09-2014 - Mali: quatre Casques bleus tués par un engin explosif (armée)
  • 02-09-2014 - Mondial/Basket : Le Sénégal bat la Croatie (77 - 75)
  • 01-09-2014 - Après plusieurs réports, les résultats du BTS session 2014 disponibles
  • 31-08-2014 - L’État de Californie s’apprête à interdire les sacs en plastique
  • 31-08-2014 - Vacances culture 2014: La compétition s’ouvre mardi à Abengourou
Politique
Houphouët... Homme de foi , un personnage exceptionnel.
Didier N\'Doli|d.ndoli@rti.ci | Lu 351 fois | 05-02-2013
Houphouët... Homme de foi , un personnage exceptionnel.
Houphouët, un Grand Homme de paix...

S\' il est un de ces grands hommes déterminants, qui a su mettre aux carrefours de l\'histoire, des lettres pour que soit dicté le destin de leur peuple, c\'est bien cet Homme... cet homme grand d\'esprit, visionnaire et aimant de Dieu...Si l\'histoire, qui aura toujours son mot à dire, lui demandait \"Qui êtes-vous Boigny Kouadio Atoumanou Frèfrègoua\" ? Cet homme qui savait écouter, répondrait: \" Je suis ce que j\'ai fait de mon pays, pour mon peuple et pour les hommes de bonne foi \".
On dit souvent en Côte d'Ivoire que ''la lagune ne se mélange pas avec la mer, pourtant ces deux eaux partagent presque les mêmes poissons''. Mais chez cet homme on trouve de ce mélange, de ce brassage qui fait de lui un homme hors du commun.

Félix Houphouët-Boigny (1905-1993), Premier président de Côte d'Ivoire (1960-1993)

Tous ceux qui ont eu à approcher Félix Houphouët-Boigny s'accordent à dire que sa proximité était une véritable source de pensée et d'action.
Houphouët l'Ivoirien, le chef coutumier , l'Africain, le chef de parti, le parlementaire, le ministre du général De Gaulle, le chef d'Etat... Lequel de ces personnages a t-il marqué la nation ivoirienne ? Privilégions ici l'Homme d'Etat, celui la précisément sur lequel l'histoire aura son mot à dire.

Félix Houphouët-Boigny était un de ces personnages de l'Histoire qui ont su forgé le destin de leur pays. Il était bien trop grand pour ne pas être profondément humain.

''Homme d'une grande netteté d'esprit et d'une générosité spontanée, il avait un penchant pour la clémence, et nul moins que lui n'était dupe des hommes et des mots.''


C'est cette intelligence tournée vers l'action. Une maîtrise de soi et une mémoire du type de celle qui permettait à Napoléon de dicter jusqu'à sept lettres simultanément. Dans ses idées, ses discours, ses entretiens et ses notes, on retrouve le même équilibre et la même constance.

Houphouët... Homme de foi , un personnage exceptionnel.

Homme aux aptitudes peu communes, Houphouët-Boigny était au centre de son projet de société avec une unique préoccupation : celle de convaincre et non d'imposer. Il prenait la peine de le faire avec une intelligence souveraine à la fois vigoureuse, souple et subtile, une énergie inflexible mais qui savait attendre et si besoin était, s'allier à une étonnante habileté manœuvrière. Il partage avec les grands hommes d'Etat, cette volonté froide et toujours lucide.

Un des plus agréables causeurs de son temps, il arrivait à cet homme de caractère, d'être sensible jusqu'aux larmes. Les nombreuses épreuves de la vie avaient contribué à conforter sa résolution. Politicien, nul ne le fut avec autant de virtuosité que Félix Houphouët-Boigny. Nul n'a mieux connu que lui, la psychologie et le maniement des masses.
Félix Houphouët-Boigny était, en Afrique, certainement le mieux préparé aux hautes fonctions qui seront les siennes en Côte d'Ivoire. Son expérience et son intelligence lui ont permis, avant d'atteindre les sommets de l'Etat, de faire le tour des idéologies régnantes. Son hérédité lui a légué une assurance et une rectitude dignes de la plus authentique aristocratie. L'hommage qui lui a été rendu par le Général de Gaulle, qui lui confiera les plus hautes responsabilités dans ses différents cabinets ministériels, atteste de cet état de préparation et des énormes potentialités de l'homme appelé à présider aux destinées de la Côte d'Ivoire.

Boigny, "Un cerveau politique de premier ordre

Un long règne, à la barre du navire Ivoire, les yeux rivés sur l'horizon et l'avenir. Félix Houphouët-Boigny, qui est arrivé sur la scène politique sur la plate-forme de ses luttes syndicales contre les colons français planteurs en Côte d'Ivoire, était tout à fait familier avec l'arrogance de la domination coloniale. Ainsi, dans une Afrique déboussolée, dans un monde en quête de sens et de dignité, " le Vieux " fait le pari de donner une finalité à son action. La libération nationale passe nécessairement par la libération des énergies et des ressources nationales, seules susceptibles de garantir l'avenir d'un pays. Entre toutes les ressources, les ressources humaines seront privilégiées à travers l'éducation et la formation. La terre sera valorisée parce qu'elle est nourricière.
Pour ceux des Africains qui n'auraient pas compris la démarche, " le Vieux " avertit: "Notre liberté sera illusoire aussi longtemps que nous n'aurons pas su exploiter nous-mêmes, organiser, harmoniser les ressources de nos différents pays pour nous passer progressivement de l'intervention de l'étranger dans notre économie. " Il avait déjà conscience que la formation d'une nation était une œuvre de longue haleine qui prenait plusieurs générations.

''Pour Félix Houphouët-Boigny, les maître-mots des pays nouvellement indépendants restent donc : liberté, dignité, souveraineté et coopération''.

Boigny avait une règle d'or de la survie pour les peuples anciennement sous domination coloniale c'est de " rester nous-mêmes, dans un monde où se multiplient les occasions d'aliénation.
On retrouve le bon sens, le sens des réalités, le réalisme gaullien: " Les choses étant ce qu'elles sont ! " dès que le Vieux aborde la " question des idéologies à la mode: " L'étude du monde moderne fait apparaître de plus en plus clairement que les doctrines qui sacrifient l'Etat aux individus, se révèlent aussi inefficaces que celles qui prônent le principe contraire. " Félix Houphouët-Boigny n'est pas du type de dirigeant politique qui suit l'opinion. Il est de ceux qui guident leur peuple, une locomotive, à laquelle seront solidement et précautionneusement attachés les wagons de la nation.

Il voulait en réalité, une société ivoirienne avec ses repères politiques, traditionnels, culturels et religieux. En somme un Etat ouvert à la réflexion collective, qui soutienne et accompagne l'initiative et favorise la gestion participative. L'Etat que le Vieux propose aux Ivoiriens est en réalité un Etat adapté aux réalités de son pays. Un Etat fort avec à sa tête un chef qui exerce effectivement le pouvoir, un homme libre de toute influence partisane et qui n'est responsable que devant la nation. Un homme qui incarne des valeurs politiques et morales. C'est un Etat fortement lié à la nation et qui lui assure unité, responsabilité et direction. C'est en ce sens que De Gaulle disait que " La seule institution qui ait qualité pour répondre d'une nation, c'est l'Etat qui la dirige ".

Félix H. Boigny, un homme de paix...

Diriger, c'est non seulement indiquer la voie à suivre, mais c'est surtout prendre les décisions qui s'imposent. Dans un monde en rapide évolution, Félix Houphouët-Boigny a voulu un projet pour la Côte d'Ivoire. Un projet pour comprendre où elle va et pourquoi. Architecte de ce projet, il a confié son exécution à l'Etat. Ce projet est un art de vivre ensemble solidairement dans une nation ouverte sur le monde. C'est ainsi que l'Etat ivoirien a voulu assumer les responsabilités d'un Etat intégrateur, un Etat facteur d'unité entre ceux qui l'ont institué, c'est-à-dire les citoyens.
Pour ce qui est de l'Afrique, Félix Houphouët-Boigny croit en l'unité africaine. Mais il est trop sage et trop rigoureux pour en rêver.

Il perçoit cette unité non pas comme une utopie, comme ses adversaires ont voulu le présenter, mais plutôt comme une utopie, c'est-à-dire quelque chose susceptible de se réaliser à long terme et dans des conditions précises. Dès lors il est resté accroché aux données d'une réalité africaine faite de rivalités et d'ambitions de personnes et d'idéologies. Il savait que rien n'était impossible dans la réalisation de l'unité africaine. Mais, à l'intérieur des frontières héritées de la colonisation, il fallait d'abord imposer la paix et vaincre la désunion.

La discipline et le dialogue étaient nécessaire avec une énergie centrée sur des objectifs nationaux si l'unité continentale ne devait pas être une ambition sans lendemain. Rien ne viendra ébranler la confiance et la détermination de Félix Houphouët-Boigny dans son intime conviction que le dialogue n'a pas de substitut dans une situation de conflit.

Devant le Corps diplomatique, le 1er janvier 1970, il s'exprimait en ces mots[...]« Dans la recherche de la paix, de la vraie paix, de la paix juste et durable on ne doit pas hésiter un seul instant, à recourir, avec obstination au dialogue. »


C'est ainsi que la paix était devenue chez Félix Houphouët-Boigny une obsession. La paix d'abord, la paix sans laquelle rien de sérieux et de durable ne saurait se construire. Paix sans laquelle il n'y a pas de famille, pas de clans, pas d'ethnies, pas de société, pas d'Etat, pas d'Afrique, pas de monde.


Réagir à cet article | 0 commentaire(s).
Newsletter

© 2014 Radiodiffusion Télévision Ivoirienne Tous droits reservés